1 SON

Musique et éducation relative à l'environnement : la création sonore comme stratégie de transformation sociale
Vincent Bouchard-Valentine, Professeur du département de musique, UQAM
>Visionner la vidéo

Résumé :
L’écologie sonore peut être définie comme la science qui étudie les relations entre les êtres vivants et leur environnement sonore. Dans son ouvrage Le paysage sonore (1979), le compositeur canadien Raymond M. Schafer énonce les principes de cette nouvelle discipline et propose une terminologie évocatrice : pollution sonore, sons menacés d’extinctions, parfum acoustique, schizophonie, bruit sacré, etc.

Plusieurs courants musicaux se sont développés au XXe siècle en remplaçant le concept de « note » - c'est-à-dire un son relativement stable de hauteur repérable - par le concept plus intégrateur de « son », lequel permet d'étendre la palette orchestrale à l'ensemble de l'univers sonore connu. Dans la perspective schaferienne, l’environnement sonore devient une immense composition musicale perpétuelle dont nous sommes la fois le public, les interprètes et les compositeurs.

L’éducation musicale n’est pas en reste de mutations fertiles au XXe siècle. L’éveil musical et les propositions qui lui sont associées placent la création sonore et l’expression libre de l’enfant au centre d’une conception de l’éducation musicale qui est en rupture avec la tradition pédagogique fondée sur le solfège. Actualisant le paradigme de l’enfant créateur, l’éveil musical, tel que formalisé par François Delalande (1984), vise le développement de la sensibilité aux sons, de l’habileté à en produire et de la capacité à les organiser.

Complétée d’extraits sonores et d’exemples pédagogiques représentatifs, cette conférence exposera les fondements théoriques d’une proposition d’éducation relative à l’environnement sonore compatible avec les visées du Programme de formation de l’école québécoise en musique.


Présentation du conférencier:  

Vincent Bouchard-Valentine est professeur de pédagogie musicale au Département de musique de l’Université du Québec à Montréal. Il détient une maîtrise ainsi qu’un doctorat en éducation de cette institution. Auparavant, il a enseigné la musique dans les écoles primaires de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Très impliqué dans la Fédération des associations des musiciens éducateurs du Québec, il est aujourd’hui éditeur délégué de la revue Musique et pédagogie. Pour Vincent Bouchard-Valentine, l’interaction entre les milieux universitaire et scolaire est essentielle que ce soit pour valider la formation initiale des enseignants ou pour contribuer à l’amélioration des pratiques sur le terrain.

Spécialiste des fondements théoriques de l’éducation musicale scolaire, il a également acquis une expertise originale dans les modèles d’enseignement de la création sonore, notamment avec les structures sonores des frères Baschet et l’application pour iPad FonoFone du compositeur Yves Daoust. Il poursuit cette démarche sur le plan interdisciplinaire au sein l’équipe de recherche EntreLACer littératie, art et culture des jeunes.

L’écologie sonore est une thématique transversale chez Vincent Bouchard-Valentine. Il développe depuis plusieurs années une proposition inédite d’éducation relative à l’environnement sonore fondée sur les travaux du compositeur canadien R. M. Schafer et s’inscrivant dans le courant de la musique environnementale.